My Little Discoveries

Mes bons plans et mes découvertes de tous les jours, à Bristol, Toulouse et ailleurs!

mardi 6 mars 2012

"The Sense of an Ending", de Julian Barnes: laissez le charme agir...

Décidément mon année 2012 commence bien côté lectures puisque j'enchaîne les coups de coeur littéraires: après "The Help", "La jeune fille aux cheveux blancs" et "Les Ignorants", je vais vous parler aujourd'hui de "The sense of an ending", de Julian Barnes. Un roman anglais qui a bien mérité le Man Booker Prize 2011!


The sense of an ending 1

L'histoire: 

Un homme à la retraite est replongé dans ses années lycée après avoir reçu la lettre d'un avocat. Un roman sombre qui reprend quelques-uns des thèmes favoris de l'auteur comme la vérité et le passé.

La traduction française paraîtra en janvier 2013 au Mercure de France.

---

The sense of an ending 4Présentation de Julian Barnes: 

Généralement bien accueilli par les lecteurs et salué par la critique, cet auteur prolifique de 65 ans qui a été traduit en plus de 30 langues est le seul à avoir remporté en France à la fois le Prix Médicis, pour «Le perroquet de Flaubert» (1986), et le Prix Femina étranger, pour «Love, etc.» (1992). Ce dernier roman avait été adapté à l’écran par la réalisatrice française Marion Vernoux et interprété notamment par Charlotte Gainsbourg et Yvan Attal. Julian Barnes a aussi reçu, pour l’ensemble de son oeuvre, le David Cohen Prize en 2011, un prix bisannuel attribué à un auteur de langue anglaise.

L’écrivain prête sa plume à de multiples genres: le roman, les nouvelles, la critique littéraire notamment pour la revue The New Yorker, ainsi que la chronique, avec «Lettres de Londres» (1995), recueil caustique sur les années Thatcher et Major. Il a aussi signé plusieurs romans policiers sous le pseudonyme de Dan Kavanagh, du nom de famille de sa femme Pat morte en 2008 et à qui «The Sense of an Ending» est dédié. Passionné par la France, Julian Barnes, qui vit à Londres, a notamment traduit «La Doulou», texte de l’écrivain Alphonse Daudet, et a été fait commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres en 2004 à Paris (source: liberation.fr/AFP).

--- 

Mon avis: 

"The sense of an Ending" est un roman qu'il est difficile de décrire, à la fois mystérieux, philosophique, fascinant...et extrêmement bien écrit. La fin est très forte également.

Je ne retrouve pas les notes que j'ai prises à l'issue de cette lecture (mais en ai-je seulement pris?), et comme elle date de plusieurs semaines maintenant, je vais avoir du mal à vous en parler plus précisément. Mais cela me fait penser à un acte manqué, car au fond je n'ai pas envie de vous en dire plus...;o)

C'est un livre qu'il faut découvrir par soi-même (dès maintenant en anglais ou dans un an pour la traduction française), un roman concis qui se lit d'une traite! Laissez-vous envoûter, le charme va agir à coup sûr...

The sense of an ending 2

Evidemment "The sense of an ending" m'a donné envie de lire les autres romans de Julian Barnes, à commencer par "Cross Channel" (recueil de dix nouvelles dont les héros sont des Anglais qui vivent en France à diverses époques et en diverses régions) que je viens d'acheter.

C'est en plus un superbe objet, comme j'ai essayé de le montrer à travers ces quelques photos. La couverture m'avait déjà attirée avant même que je ne connaisse l'histoire...

Alors un conseil: ne passez pas à côté de ce petit bijou!

---

Et vous, êtes-vous déjà tombé sous le charme d'un roman de Julian Barnes?